TOP

Rencontre avec Hapsatou Sy

1. Qui est Hapsatou Sy ?
Je suis entrepreneure dans les cosmétiques depuis 2005, animatrice télé et jeune maman.

2. Parcours académique
Après un parcours scolaire classique, j’ai eu mon BAC pro Secrétariat. Rapidement j’ai
senti que ça ne me suffirait pas alors j’ai me suis lancée dans un BTS Commerce
International, puis un DESE Commerce et Affaires Internationales.

3. D’où vous est venue cette fibre entrepreneuriale ? Est-ce un rêve d’enfance ou une passion communiquée ?
J’ai toujours voulu être entrepreneure : quand j’étais petite je voulais déjà être « business
woman » ! Cete envie de créer et de me lancer des défis fait partie intégrante de ma
personnalité.

4. Vos choix d’études universitaires ont-ils été entachés par vos envies de business woman ?

Pas du tout ! Au contraire, c’est grâce à mes études que j’ai pu partir en stage à New York.
Là-bas, j’ai eu un déclic et j’ai compris que je voulais monter ma boîte, avec culot et
détermination. Je me suis dis que les choses étaient possibles pour moi. Je voulais
révolutionner mon monde alors j’ai foncé.

5. Parlez-nous des aventures Ethnicia, AntiKod.
Ethnicia a été ma première aventure entrepreneuriale. J’ai développé 17 salons entre 2005
et 2013. Ethnicia est un concept « d’espaces de beauté globale et sur-mesure». En 2013, les
espaces ont fermé. Après leur fermeture, j’ai choisi de rebondir et de voir dans cet échec
une belle opportunité.
J’ai toujours été une passionnée de mode. J’avais envie un jour de me lancer dans la mode sans avoir la prétention d’être créatrice. J’avais envie de m’associer à des gens qui avaient la technique et y ajouter mon style, mes envies et mon côté anti code. Je voulais des intemporels alors j’ai créé une marque qui me ressemble. AntiKOD est une marque pour toutes les femme. C’est une marque qui nous ressemble.

6. Vos ambitions d’entrepreneure ont si bien payé que vous avez à votre actif une kyrielle de prix et nominations pour des concours d’entrepreneuriat. Votre parcours en lui-même est une source de motivation, mais que pourriez-vous donner de plus comme conseils aux business women en devenir, plus particulièrement les africaines ?
Le conseil le plus important que je donnerais est de ne surtout pas hésiter à se lancer. Vous
ne risquez qu’une chose : changer votre vie. L’impossible n’est constitué que de vos propres
barrières. Au début, on ose la prise de risques et on rencontre nos premières difficultés
d’entrepreneur. Elles doivent croire en elles, en leur détermination. Mon livre « Partie de
rien » explique bien par où je suis passée, ce que j’ai traversé professionnellement avant
d’en arriver au lancement de ma marque HapsatouSy. Je ne peux que le conseiller. Il est
riche de conseils, d’anecdotes et d’expériences personnelles.

7. Comment en êtes-vous arrivée à la télévision ?
Je suis une entrepreneure, à qui la télévision a un beau jour, ouvert ses portes. J’ai accepté de découvrir ce milieu tout en continuant à entreprendre. En 2012, on m’a proposé d’être membre du jury de l’émission « L’inventeur 2012 » sur M6, c’est ainsi que mon aventure télévisuelle a débuté. Puis, j’ai intégré D8 pour co-animer l’émission « Le Grand 8 », et présenter « Projet Fashion » . Depuis janvier 2017, je suis animatrice pour l’émission « Afrique Investigation » sur Canal Plus Afrique. Vous pouvez également me
retrouvez tous les dimanches dans « Les terriens du dimanche », le nouveau programme de Thierry Ardisson.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

8. L’on constate que cette activité média vous réussit. Vous êtes par ailleurs très présente de 2012 à 2017 sur des chaines françaises. Comment trouvez-vous le temps de gérer vos entreprises quand votre fonction d’animatrice vous prend une grosse partie de votre temps ?
La chance que j’ai en tant qu’entrepreneure, c’est de pouvoir gérer mon agenda comme bon me semble. Je compte également beaucoup sur mes collaborateurs ; je fais le tri entre les missions que je peux réaliser, et celles qui doivent être déléguées. Je fais confiance à mes équipes.

9. Parlez-nous de la marque HAPSATOUSY et quels ont été vos objectifs, votre vision en la créant ?
HapsatouSy est une marque de cosmétiques véhiculant l’idée d’une beauté authentique.
C’est une marque libre et authentique qui se décline autour du capillaire, maquillage et du soin. J’ai un showroom au Viaduc des Arts où j’y organise des soirées ambition pour parler entrepreneuriat. La marque se développe vite, nous lançons plusieurs produits par an et nous entrons dans de nombreux points de vente. Depuis l’année passée nous avons ouverts des Boites à beauté à Dakar et à Abidjan. Nos équipes vous accueillent et vous font découvrir la marque et nos produits.

10. Dans combien de pays êtes vous implantée ?
Aujourd’hui nous sommes implantés en France bien-sûr, en Afrique à Dakar au Sénégal et à Abidjan en Côte d’Ivoire sous forme de Boite à beauté, et dans les DOM TOM.

11. Nous avons décidé de parler de la femme pour ce mois et nous aimerons savoir quelle est votre définition de la femme ?
Chez HapsatouSy nous croyons en la beauté des femmes, de leurs parcours, de leur
singularité. La beauté de la femme est une notion qui ne se veut pas exclusive … elle doit être abordée dans la singularité de chaque individu quelles que soient ses origines ou encore ses particularités physiques.

12. Etant considérée comme une personnalité emblématique dans le milieu de la beauté, quel conseil donnerez vous à ces filles qui désirent y travailler ou y entreprendre ?
Le message de ma marque c’est «Sois belle et fais». J’aimerais que les jeunes filles y voient
un encouragement à changer de vie si elles le souhaitent, à se lancer dans l’entrepreneuriat
si elles le veulent ou à partir à l’étranger. C’est un esprit d’indépendance avant tout.

13. Mariée ? En couple ? Mère ?
Mon compagnon Vincent Ceruti et moi-même sont les heureux parents d’une petite fille de 16 mois.

14. Une citation préférée
Je suis une vraie fan d’Oprah Winfrey. Sa vie, son parcours, ses valeurs me font écho. Un
jour elle a dit « La plus grande découverte de tous les temps, c’est qu’une personne peut
changer son avenir en changeant simplement son atitude. »

15. Un livre préféré
Mon livre du moment est celui de mon amie Cendrine Genty, « Le jour où j’ai choisi ma nouvelle vie ». A lire absolument !

16. Votre appréciation sur la Côte d’Ivoire ? Un endroit ou un de ses mets favoris ?
Je ne m’y suis pas encore rendue mais on m’en dit que du bien ! C’est un pays très dynamique avec plein d’endroits sympas. J’espère d’ailleurs pouvoir me rendre au Swell Lounge que l’on m’a recommandé. Pour ce qui est d’un plat à découvrir, j’ai très envie de goûter au atiéké poulet et au choukouya.

Laissez un commentaire

Résoudre : *
24 ⁄ 4 =


fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench
Le Boulevard Webzine

GRATUIT
VOIR