TOP

Regard sur les élections municipales et régionales en Cote d’ivoire

Entre ne pas « tchoun » sa commune, et être proche du Président de la république, il fallait faire un choix. Les Abobolais ont choisi le Ministre Bakayoko Hamed, issu de la coalition au pouvoir au détriment du Député Koné Tehfour.

D’autre part, les résidents de la commune du Plateau ont « sans bruit » préféré leur Député Ehouo Jacques, que d’agir avec le cœur, avec par Monsieur Sawegnon Fabrice, pour leur municipalité. Enfin, ils l’ont tout de même fait avec un peu de bruit…

Ceci juste pour décrire deux situations parmi tant d’autres qui ont eu lieu pendant ces élections Municipales et Régionales de 2018.

Nous en avons vu de toutes les couleurs cette année ; tellement de slogans, de programmes et de propositions, tellement d’affiches, belles, moins belles, quelque peu belles… Nous nous sommes régalés sur les réseaux sociaux.

Mais je pense que ces municipales, au-delà de tout, ces slogans, ces affiches (…). cachaient leurs vrais objectifs. Je sentais une sorte de tension de part et d’autre un sentiment de « défier l’autre », « montrer qu’on est plus fort », « déstabiliser l’autre à n’importe quel prix », révéler le challenge, chasser l’autre de sa localité, humilier l’autre, etc.

Selon moi et je crois bon nombre d’entre vous, séparée de son ancien allié le PDCI-RDA, pour la coalition au pouvoir, il était question de maintenir sa majorité au niveau des communes les plus importantes pour préparer les élections de 2020. Il s’agissait d’autant plus pour certains membres ou ex- membres du PDCI en favorables au « RHDP Unifié » de démontrer au Président du PDCI et aux autres membres, la puissance de la coalition au pouvoir.

Je pense que pour le PDCI-RDA, le challenge était de se relever, montrer au « RHDP Unifié » que le parti du Président Felix Houphouët Boigny avait encore du poids.

La grosse surprise pour moi fût les candidats indépendants, qui n’ont reculé devant rien. Ils ont affronté les candidats des partis politiques, et ont réussi à battre bon nombre d’eux, même quelques-uns parmi les plus sereins.

Qu’est-ce que je retiens ?
Gagner était une condition sine qua non.
Troubler, Déstabiliser, kidnapper, Apeurer, tuer… Ces actes ignobles sont devenus des habitudes pour les Ivoiriens lors des campagnes électorales. Vandaliser, tricher, mentir sont nos guides.
Menacer, faire preuve d’arrogance et de propos méprisants… envers ses adversaires, briller par une confiance je dirais surnaturelle en soi est désormais à saluer en Côte d’Ivoire.

page1image22336

Rien que pour des municipales et régionales nous avons assisté a tout cela. Tout comme vous, je m’interroge sur la suite. Que fait-on ? La réconciliation, est-ce pardonner chaque 5 ans après avoir vu ses frères tués ou molestés ?

Pourquoi parlons-nous de vivre ensemble ?
Que nous réserve 2020 ?
Je suis perplexe.
Il est temps que Les Ivoiriens comprennent certaines choses.

Nous ne devons pas être les cibles des politiques. Nous les choisissons et nous sommes en droit de décider de les changer ou non. L’intérêt général devrait être celui qui porte le mieux, au lieu de faire passer l’intérêt de groupuscules en premier. Nos élus locaux doivent être des personnes que nous connaissons, qui nous connaissent et qui n’ont pas peur d’être avec nous, des personnes qui vivent avec nous car c’est seulement cela qui peut leur donner une vraie idée de ce dont nous avons besoin.

Nous devons nous battre, pour faire régner la démocratie par les urnes car c’est le régime que nous avons choisi. Nous devons être vigilants, si nous n’avons pas confiance en nos autorités et institutions. Cela devrait être une honte pour nous de savoir qu’il y’a des problèmes lors du scrutin dans nos localités.

Au-delà, chacun de nous doit avoir un comportement citoyen ; se faire régulièrement enrôler, aller voter, participer à l’élection de son candidat, celui qui semble avoir le meilleur projet, et non le parti le plus riche.
Je crois en nous, jeunes en 2020. Je crois que nous serons plus matures, plus aptes à comprendre ce qu’est une attitude citoyenne.

Laissez un commentaire

Résoudre : *
23 − 15 =


fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench
Le Boulevard Webzine

GRATUIT
VOIR